Sortir du métro... l'appel d'air devient plus puissant, soufflant cette étrange odeur propre aux bouches de métro... dehors la nuit, un crachin, la lumière des lampadaires à travers les verres constellés de gouttes de pluie, les mains qui s'enfoncent dans les poches, à la recherche d'une vague chaleur.
Assez moyen comme réconfort, essayer les gants la prochaine fois, ou plutôt essayer de ne pas oublier les gants demain matin... Quitter le boulevard, la rue se fait plus étroite, la lumière moins forte, les mouvements plus rares, le temps semble se ralentir, le pas aussi d'aileurs comme intimidé.

Le bout de la rue, le digicode, les boïtes aux lettres, l'escalier, la porte,... Tiens, il y a quelque chose de nouveau, ce petit carton sur ma porte, hmmm c'est la voisine.... elle dit avoir appréciée les shusis -elle peut, elle a presque tout mangé- elle m'invite à venir prendre un verre chez elle ce soir. Bon donc tu n'as pas été si nul hier soir, elle veut te revoir, c'est bon signe... bon signe de rien du tout grand nigaud, on se calme, elle est bien élevée, point barre !

Comment y aller alors ? en voisin ou en séducteur ? en futur ami ou en futur amant ? D'ailleurs c'est quoi la différence ? Peut être le mieux c'est de ne pas y aller, ressortir en vitesse et rentrer tard exprès... oui c'est une bonne idée, remettre le carton sur la porte et se tailler,... et merde j'ai perdu la punaise... va falloir que j'y aille.