coephotoVous vous rappelez de Jonathan Coe ?  Si vous êtes un fidèle (une chance sur deux), vous vous souvenez de deux chroniques : le testament à l'anglaise et Bienvenue au club, si vous êtes mediaVictim (90%*50%=4.5 chances sur 10), tu sais évidemment de qui je parle. Bon voilà le début d'une troisième, sur la suite de Bienvenue au Club, à savoir Le cercle fermé.

 

Icoverl est nettement mieux ficelé que son prédécesseur, en fait c'est lui le vrai roman, l'autre n'était qu'une longue introduction, justifiée par le contraste que l'auteur voulait montrer entre la vie sous le blairisme et la vie avant Thatcher. Au milieu d'évenements qui sont ceux de notre présent (la fermeture de l'usine rover, la guerre en irak), on voit le destin de personnes d'horizons et de sensibilité différentes (le petit frère insupportable devenu député travailliste ambitieux, le bout-en train devenu crypto-fasciste,...), les non-dits entre les amis ou la famille se payer chèrement, des années après.

 

De même que le testament à l'anglaise, le cercle fermé offre un regard acide sur la société anglaise et un regard lourd et sans amitié sur les classes dirigeantes (le PDG VRP des entreprises où il reste juste le temps de les couler puis après change d'entreprise, les gouvernants irresponsables et menteurs,... ). Franchement, j'aimerai avoir un Jonathan Coe pour la France...

Pour une critique plus fournie : a voir a lire