Le blog de Funky Zapata

30 novembre 2006

Capri, c'est fini !

Après presqu'un an d'existence, ce blog ne ferme pas mais déménage. Les plâtres sont encore frais mais la nouvelle adresse est tout à fait blogable donc pas la peine d'attendre plus longtemps. Evidemment ce blog restera ouvert mais n'accueillera plus d'activité, du moins de ma part ; vous faites ce que vous voulez...

Mettez à jour vos marque-pages, la nouvelle adresse est :

http://funkyzapata.fr.cc

http://funkyzapata.org/blog

Posté par FunkyZapata à 15:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


07 novembre 2006

Eco-ethica

02p_3J'assistais hier à une conférence donnée à l'amabassade de France au Danemark par un professeur de philosopie japonais, le Pr Tomonobu Imamichi. Il a créé il y a 25 ans un groupe de reflexion baptisé Eco-Ethica dont je vais essayer ici de retraduire le principe.

La société humaine a profondément changé depuis que les concepts d'éthique et de morale ont été fonndés et disuctés par la philosophie grecque (Aristote) et européenne. L'évolution technologique, et en particulier celle des moyens de communication, fait que maintenant l'expression "notre prochain" ne désigne pas uniquement un individu mais l'humanité tout entière ; de plus la technologie devient une ambiance dans laquelle nous vivons et un système auquel nous devons une obédience.

L'existence de cette "cohésion technique" nécessite que nous définissions de nouvelles vertus ; elle a transformé les rapports inter-individus en rapport groupe-individu ou groupe-groupe, de ce fait la notion de responsabilité individuelle n'est souvent plus fondée et remplacée par celle de responsabilité collective, et l'égoïsme est remplacé par le nosismse (néologisme pour désigner l'égoïsme du groupe, égo=je, nos=nous).

Hélas, pressé par le temps, l'orateur n'a pas pu paser beaucoup de temps sur les vertus identifiées. Il a cité la ponctualité et l'internationalité, c'est-à-dire des vertus d'accompagnement de la cohésion technique et non des vertus à chercher à respecter pour borner le déterminisme imposé par la cohésion technique.

C'est dommage car il y a là je crois une question très forte et très importante en ce début de XXIème siècle : un acte peut ne pas être immoral dans le cadre d'une éthique individuelle mais le devient dans le cadre d'une éco-ethique qui inclut la "maison", i.e. la terre, dans laquelle nous vivons.

Bon je vais m'arrêter là et revenir à mon travail quotidien ; je doute avoir réussi à retranscrire clairement les concepts présentés pendant cette conférence, mais en tout cas ça fait du bien de reprendre un peu de hauteur avec ce genre de soirées.

Posté par FunkyZapata à 10:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 novembre 2006

Déménagement

demenagement La décision est prise, presque irrévocable et son application a déjà débutée, le blog déménage... Il a trouvé un charmant coin de web, une nouvelle adresse, un nouveau moteur, de nouvelles mises en page et y gagnera de la liberté, au sens geek du terme.

La migration a débuté, malheureusement tous vos précieux commentaires ne pourront pas faire partie du voyage... c'est bien dommage et je le regrette. Ma nouvelle adresse sera opérationelle probablement à mon retour de Hollande dans 3 semaines, d'ici là je fais les cartons.

Posté par FunkyZapata à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2006

Science of sleep

J'ai été à deux doigts d'adorer, disons donc que j'ai beaucoup aimé. Pour commencer, je vais arrêter de me la péter en utilisant le titre anglais, car c'est bien de la Science des rêves dont je parle, le dernier film de Gondry. Un jeune homme débarque à Paris, rentre chez sa mère après des années passées au Mexique et se voit proposé un boulot dans une entreprise aussi inutile qu'indispensable, chargée de personnaliser les calendriers avec les annonceurs locaux. Et la vie au cinéma étant bien faite, notre héros tombe sur et amoureux de , sa voisine de palier. Ces deux personnages sont autant décallés l'un que l'autre, mais savent tous deux faire des trésors de leur inventivité. Pour le héros, son imagination est à ce point devenue un refuge qu'il passe son temps dans ses rêves, et ce sont ces rêves que le film nous montre, mêlés aux créations dans la vie réelle. On navigue donc en permanence entre plusieurs mondes, les codes sont brouillés et donc rapidement on a du mal à dire ce qui se passe réellement, mais le trio Chabat, Bernal, Gainsbourg fonctionne très bien.

Je suis sorti de ce film en ayant l'impression d'avoir passé un bon moment et je suis sûr que le film vous parlera. Donc si vous ne l'avez pas encore vu, courrez ! Et avant d'y aller, quoi de mieux que de s'offrir une piqure de rappel de l'excellent eternal sunshine of the spotless mind.


Eternal Sunshine Teaser
envoyé par -Gor-

Posté par FunkyZapata à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ils sont forts ces gars de la pub...

surtout quand il s'agit de vendre autre chose que des lessives.

Voici une pub du WWF diffusée au Canada. Pour info le gouvernement actuel du Canda cherche à se dédire des accords de Kyoto, alors même que le récent rapport Stern souligne qu'il faut d'urgence convoquer un Kyoto 2 et réduire drastiquement nos émissions de CO2.

Pour les courageux : le rapport Stern(27 pages en anglais)

Posté par FunkyZapata à 19:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]



02 novembre 2006

Après la tempête

webcam_40228Promis j'arrête les posts à la Laurent Chabrol, mais c'était la bonne surprise de la journée : après la neige et le vent d'hier, le soleil et un ciel bleu, bleu... par contre température extérieure, 1°C

Vous noterez au passage que les décos de Noël sont déjà en place et qu'il y a un écran géant sur la place de l'hotêl de ville.

Posté par FunkyZapata à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2006

Montpellier -14 °C = Kbh

Ce matin, probablement afin d'inaugurer dignement webcam_34831ce mois de novembre naissant, j'ai eu ma première neige... bon c'est pas encore la vraie neige pour faire des batailles et des bonhommes de neige, seulement une averse de neige fondue, mais 2°C avec le vent qui soufflait et l'air saturé d'humidité, ça vous donnait qu'une seule envie, rentrer chez soi et se faire une bonne tasse de thé... Autant vous dire que j'ai pas pris le vélo ce matin.

Posté par FunkyZapata à 10:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 octobre 2006

Le théâtre de Babel

Continuons dans la veine du dépassement des barrières linguistiques... je vais bientôt aller me frotter à la scène  danois de l'impro, auprès de la compagnie Lama. En attendant de vérifier que l'impro peut faire rire sans vocabulaire, voici deux vidéos qui me rappellent furieusement le spectacles des frères Zénith (qui allaient devenir les Deschiens plus tard), applaudissez les Umbilical Brothers, mimes et bruiteurs venus d'Australie.

J'ai beaucoup aimé le sketch du doigt qui me rappelle mon récent élan de diplomatie avec un scooter danois (what's the hell with these fucking machines !)

Posté par FunkyZapata à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2006

La petite soeur de la petite sirène

Je ne sais plus si c'est ici ou ailleurs que j'en ai parlé, depuis cet été le port de Copenhague abrite deux petites sirènes, la nouvelle se voulant plus à l'image du monde contemporain, où la technique transgénique augure d'un monde d'apocalypse à l'avenir dixit le sculpteur. >mermaid2

Posté par FunkyZapata à 21:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Les aventures d'Emiliano...

Sortir du métro... l'appel d'air devient plus puissant, soufflant cette étrange odeur propre aux bouches de métro... dehors la nuit, un crachin, la lumière des lampadaires à travers les verres constellés de gouttes de pluie, les mains qui s'enfoncent dans les poches, à la recherche d'une vague chaleur.
Assez moyen comme réconfort, essayer les gants la prochaine fois, ou plutôt essayer de ne pas oublier les gants demain matin... Quitter le boulevard, la rue se fait plus étroite, la lumière moins forte, les mouvements plus rares, le temps semble se ralentir, le pas aussi d'aileurs comme intimidé.

Le bout de la rue, le digicode, les boïtes aux lettres, l'escalier, la porte,... Tiens, il y a quelque chose de nouveau, ce petit carton sur ma porte, hmmm c'est la voisine.... elle dit avoir appréciée les shusis -elle peut, elle a presque tout mangé- elle m'invite à venir prendre un verre chez elle ce soir. Bon donc tu n'as pas été si nul hier soir, elle veut te revoir, c'est bon signe... bon signe de rien du tout grand nigaud, on se calme, elle est bien élevée, point barre !

Comment y aller alors ? en voisin ou en séducteur ? en futur ami ou en futur amant ? D'ailleurs c'est quoi la différence ? Peut être le mieux c'est de ne pas y aller, ressortir en vitesse et rentrer tard exprès... oui c'est une bonne idée, remettre le carton sur la porte et se tailler,... et merde j'ai perdu la punaise... va falloir que j'y aille.

Posté par FunkyZapata à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Babel, un film à aller voir en France...

...parce qu'avec les sous-titres en danois on perd beaucoup à moins de parler couramment l'arabe, le japonais et l'espagnol ou savoir lire les sous-titres en danois. Je m'explique : depuis que j'ai quitté la planète diagonale (i.e. Montpellier) je vais moins souvent au cinéma mais je persiste quand même, réduisant mon choix à des productions anglophones. Au passage, ce n'est pas trop dur au sens où la plus grande partie des films projetés sont américains et c'est rare que j'ai la possibilité d'aller voir un film espagnol ou italien.
Et donc aujourd'hui je décide d'aller voir Babel, dernier élément de la trilogie de Alejandro González Inárritu, après Amours chiennes (pas vu) et 21 grammes (vu et apprécié, au Vox et en VO ce qui vaut la peine d'être noté pour les gabaches).

18680420Le scénario relie trois histoires une à la frontière mexicano-états-unienne, une au maroc, l'autre au japon. Donc même si les acteurs principaux sont Cate Blanchett et Bradd Pitt,  c'est en fait très rare qu'on parle en  anglais dans ce film (en plus la partie au Japon met en scène une sourde-muette qui parle avec les mains)...  ben oui avec un film qui s'appelle Babel, j'aurais du me méfier... mais finalement ça m'a permis de vivre pleinement le propos du film, la solitude exercée entre autre par la barrière du langage et son dépassement. Face  une barrière apparente (celle de la langue), certains réagissent par le refus et l'incompréhension, d'autres la dépassent et se rendent compte qu'ils peuvent trouver de bien meilleurs soutiens de l'autre côté de cette barrière que du leur : ainsi le neveu mexicain plante sa tante au milieu du désert, les touristes américains abandonnent Brad Pitt au milieu de nulle part mais celui ci est sincèrement et généreusement aidé par les habitants du village. Et enfin ultime conclusion, malgrès toutes nos barrières il vaut mieux essayer de communiquer sinon on en vient à prendre un accident idiot pour un attentat terroriste et on préfère tirer d'abord et parler après.

J'ai particulièrement aimé la scène ou une fatma file une pipe de beuh à fumer à Cate Blanchett qui vient de se faire recoudre l'épaule par un vétérinaire du désert. Cette vieille a un visage incroyable, buriné par le soleil et le temps, la moitié des dents en moins, elle n'échange pas un seul mot avec Cate Blanchett , mais y a tellement de choses qui passent à travers cette pipe.

PS : à noter qu'un des seconds rôles, Gael Garcia Bernal, est actuellement également à l'affiche de La science des rêves de Michel Gondry, et d'ailleurs le titre anglais de ce film est The Science of Sleep, ce qui n'est pas tout à fait la même chose...

Posté par FunkyZapata à 20:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 octobre 2006

En attendant de finir de cuver mon escapade septimanienne, une petite pub qui reprend en second degré le discours ambiant du "patriotisme économique", sur lequel je ne préfère pas m'étendre mais qui démontre seulement que les politiques prennent vraiment leurs électeurs pour des cons.

Posté par FunkyZapata à 10:26 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 octobre 2006

Retour en septimanie

Demain matin je m'envole pour qq jours vers mon Sud (d'adoption) et la bola montpeliéro-narbonnaise. Donc peu de mise à jour à espérer avant la semaine prochaine...

La bise à tous ceux qui viendront ici en trouvant pétole de posts...histoire qu'ils soient pas venus pour rien

Posté par FunkyZapata à 15:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 octobre 2006

Un nouveau lien et un appel à l'aide....

là en bas en droite, y a une série de liens d'autres blogs qu'on peut aller visiter, j'en rajoute un aujourd'hui celui de Clémentine Autain (adjointe du maire de Paris) : j'avoue que quand je vois où elle en est maintenant je me sens pas au niveau... à 33 ans, intelligente, rénovante, (et mignonne en plus), être en position de devenir candidate à la présidentielle.
Et pour saluer cette nouvelle entrée, en hômage à la charte graphique de son blog, je vous remets le temps des cerises, j'adore cette chanson :

Maintenant que vous avez écouté cette chanson, que vous vous sentez une âme de révolutionnaire, penchez vous sur le sort de politis. Si vous ne connaissez pas Politis, il s'agit d'un hebdo (de gauche) indépendant qui faute de trouver 1 million d'euros se verra dissolu d'ici 3 semaines. Donc si vous ne connaissez pas Politis, allez jeudi acheter le dernier numéro, faites vous votre idée et si vous voulez pouvoir en acheter un autre voire vous abonner, envoyer un don à l'association des lecteurs, dont voici le lien : http://www.pour-politis.org/
Chèques libellés à Association Pour Politis et à envoyer à
Association Pour Politis c/o Politis - 2, impasse Delaunay - 75 011 Paris

Posté par FunkyZapata à 22:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Béquille

Le buzz vient à la rescousse de ma créativité déficiente :

Et pour ceux qui auraient un peu oublié ce clip qui est le plus long (et probablement le plus cher) de l'histoire du clip :


Je dédicace ce post à Miss Google, adoratrice de Bolliwood (à cause de ça je pense à toi tous les jours en passant devant le vidéo-club spécialisé dans les Bolliwood)

Posté par FunkyZapata à 20:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 octobre 2006

Flash-back

Juste pour dire que j'ai fini la note d'avant (pas celle du fainéant mais celle du duambulatoire). ET histoire de remplir un peu  plus cette note inutile, j'ajoute cette photo d'une des roses de mon jardin afin de prouver à tous qu'au mois d'octobre au Danemark, le ciel peut être d'un bleu uni et les roses d'un rouge éclatant qui donne envie de tourner une pub de dentifrice à Acapulco (ceux qui ne comprendront pas l'allusion sont trop jeunes pour lire ce blog dont de nombreuses notes sont référencées "explicit content" ou encore "strong language" par les bureaux de contrôle des bonnes moeurs américaines(*).

J'ai rédigé cette note en écoutant :

rose_small
(*) : Ce délire sur le strong language fait suite au visionnage ce WE de l'excellent film The Edukators, réalisé par le réalisateur (logique !) de Good Bye Lenine. Film très intéressant sur l'activisme politique aujourd'hui, la quête de sens... enfin j'en reparlerai une autre fois, mais toujours est-il que le DVD arborait un "Interdit aux moins de 15 ans" pour cause de "Strong language" et je me demande bien qui a pu croire que les rares jurons qui émaillent les dialogues (franchement moins que dans la moyenne des films américains) risquaient de choquer un jeune de 15 ans !


PS : coucou à Procrastinator, Media Victim et surtout Miss Google que je n'entends plus beaucoup en ce moment.

Posté par FunkyZapata à 21:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Copier la musique c'est mal, Cop.......

Il faut reconnaître au moins une chose aux américains, c'est qu'ils savent faire leur poil à gratter avec génie.
Weird Al Yancovic a l'habitude de gratter du poil et si son excellent Don't download this song pouvait un peu faire reflechir les requins de chez Universal...

Si vous avez du mal à lire la vidéo, allez ici. Puis tant qu'à faire un post qui me coûte pas cher et entièrement basé sur le travail des autres (ouais je sais je suis un gros glandeur du post), je ne résiste pas à la tentation de coller ce magnifique south park, toujours acide, toujours juste :

Si le lien marche pas, c'est .

Posté par FunkyZapata à 20:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 octobre 2006

Déambulations

Récemment je passais une (très bonne) soirée avec une étudiante érasmus venue de Montpellier passer un an à Copenhague. Nous échangions nos sentiments à propos de Copenhague et elle de s'étonner du peu de monuments et affiliés que j'avais pu visiter. Donc à ma décharge je n'ai pas comme elle seulement 2h de cours par jour, et puis étant (normalement) sur Copenhague pour près de 3 ans, je ne veux pas y vivre en touriste mais en habitant. De plus même dans les villes que j'ai pu visiter ces dernières années, que ce soit Montréal, Bologna ou Roma, j'ai toujours privilégié le mode "déambulation aléaoire et expérience humaine" à l'enchaînement des articles du Routard. Probablement je "rate" certaines choses mais je ne crois pas y perdre au final, un peu la recherche de la nuance entre cette horrible expression "faire telle ville" et "vivre telle ville".

Donc aujourd'hui, fidèle à ma doctrine, j'ai déambulé : avant de traverser les lacs, j'ai traversé un quartier assez sympa, où les facades de brique étaient peintes de couleurs pastels, ocre ou bleu, et certains murs aveugles abritaient de surprenantes fresques :

wall_Smallwall2_small

Un peu plus loin, je suis tombé sur cette scène que j'ai essayé de retranscrire pixellement :


doorNbo_smallCes deux gars en grande discussion sur le pas d'une porte qui est au 11 et au 18 en même temps.


Après les lacs, je suis tombé sur une marée verte de nord-irlandais, ils étaient venus soutenir leur région qui jouait contre le Danemark pour le prochain Euro. C'était assez marrant à voir car il n'y avait aucun écran géant sur la place où ils s'étaient retrouvés ; seulement eux, de la bière, un ballon de foot qui partait régulièrement dans les airs pour apprécier la vue et retombait au hasard au milieu de la foule.


Après avoir traversé cette joyeuse assemblée, j'ai eu l'immense chance de trouver une librairie ouverte à 16h, je pense que c'était la seule de Copenhague ! et plus normalement, j'y ai trouvé le dernier John Le Carré (en anglais). J'ai bien failli l'acheter en danois par erreur, les deux piles étaient l'une à côté de l'autre. Et en rentrant tranquillement par une ruelle, je suis tombé sur un café-resto manfestement tenu par un nostalgique de la France : educNat_sma

Posté par FunkyZapata à 22:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 octobre 2006

Road trip, volume 2

Donc Delft, je n'en dirais pas grand chose pour le moment mais j'y retourne en novembre et pour 2 semaines ce coup-ci donc y aura plus de matière... Quand même beaucoup d'émotion personelle à rentrer dans un des meilleurs labos au monde de mon domaine de sodomisation de diptères(*), un certain amusement à voir mon collègue flamand qui n'arrive pas à se faire comprendre au restaurant.... chinois.

 

Dimanche, je repars pour Bruxelles, en écoutant ça :

... Arrivé à destination, j'abandonne la zapatamobile à proximité de la Commission avant de rejoindre mon ancien (snif) colocataire par métro. ça fait drôle de se retrouver à l'étranger, même si maintenant pour lui, ça n'e l'est plus vraiment. Puis passage dans un petit troquet sympathique (tenu par deux charmantes barmaid... hmmm je m'égare), hésitation puis choix pseudo-aléatoire devant la carte des bières. On se sent loin du Danemark tout d'un coup, tant de bières différentes (et pas que par leur nom et la forme du verre !).

 

Une petite promenade piétonne à travers Bruxelle montre les dégâts d'une urbanisation anarchique, plus dirigée par la spéculation immobilière que par une politique patrimoniale (qui aurait cherché à préserver les maisons et immeubles art déco par exemple). Les styles et les époques se juxtaposent et se mêlent dans un désordre qui a au moins l'avantage de réserver des surprises dans un nuage du pire. Par contre j'ai mangé ni moules, ni frites, donc Lord J, crois moi je vais revenir ! En plus je suis sûr que quel que soit le moment où je reviendrais, il y aura de nouvelles BD à lire.

 

Lundi matin, après un petit crochet par les institutions europénnes (c'était la minute touristique de mon voyage), c'est reparti pour Paris, enfin j'essaye de repartir... Bruxelles m'a bien enchaîné dans ses méandres pendant quelques temps mais j'ai finalement réussi à m'échapper. S'ils indiquaient des fois les grandes directions et pas seulement la prochaine ville sur les panneaux, ça aiderait un peu les "prolos de la route" qui n'ont pas encore un GPS dans leur voiture. Cette fois-ci la route, c'était ça :

Arrivé en France, quelques menues occupations parmi lesquelles aller me faire raccourcir les tifs. Au moment de payer, j'ai du mal à trouver mes euros dans mes paquets de couronne donc me voilà en train de déballer mes couronnes. La coiffeuse me demande l'origine, et quand je lui dis que ça vient du Danemark, elle me sort qu'elle a un autre client qui revient aussi tous les 3 mois se faire couper les cheveux ! Ah la la ces frenchy, ils sont insortables... c'est toujours mieux chez eux.

 

Les passages à Paris, c'est toujours un peu le contre-la-montre, et puis après quand je reviens à København, j'ai toujours un ptit coup de déprime, mais c'était bien quand même ; j'ai même pu rencontrer (enfin) Superman, j'ai mangé avec lui au Zango (à coté de l'eglise St Eustache, quartier des Halles) qui visiblement devient un resto très bobo-branchouille mais il faut reconnaître ça aux bobo, c'est qu'ils ont bon goût ! J'en ai en particulièrement ramené une idée de recettes à base de compote de pommes et de tortillas... silmple, original et bon. Et le lendemain, avec 6 kilos de dépassement, je suis rentré au Danemark, sans rater mon avion, et en rentrant, j'écoutais ça :

(*) synonyme pour "recherche"

Posté par FunkyZapata à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2006

à propos des mots clés

L'amie stella, invoquant la flemme du vendredi, nous a pondu récemment un petit post "mot-clés" ; je suis passé faire un tour et franchement aujourd'hui, amis butineurs, vous vous êtes déchaînés : 3eme âge prison, chorégraphie country, ou prix insecticides et enfin fabricant panneaux solaires. Y a pas à dire, Internet est formidable, être arrivé à dévoyer des gens en quête d'insecticide à appliquer sur leurs panneaux solaires et les diriger vers le blog de Funky Zapata, c'était très fort. Surtout que la seule, la vraie requête qu'il faut diriger ici c'est celle-ci :

Funky_blog

 

Ami en quête de la voie du Funk, je ne sais pas qui tu es, je ne te connais pas mais courage : les voies du funk sont impénétrables et il ne suffit pas d'avoir une boule à facette ou un parquet clignotant pour atteindre la funky attitude, mais on peut s'en approcher.
La route du funk est rarement droite mais sa pente est douce...

Posté par FunkyZapata à 21:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]



Fin »